Plan canicule 2020 adapté à la situation sanitaire inédite

Plan de l’article

En cas de canicule, l’employeur est tenu de mettre en place des mesures de précautions et de préventions envers ses salariés, adaptées au contexte sanitaire.

En cas de canicule, l’employeur est tenu de mettre en place des mesures de précautions et de préventions. La situation sanitaire actuelle augmente le nombre de contraintes liées à ce plan canicule.

Le plan national canicule de 2018 et de 2019 est reconduit en 2020 par une instruction interministérielle du 29 mai 2020.

Le Haut conseil de santé publique a indiqué qu’ « il n’y a pas d’incompatibilité entre les mesures barrières recommandées pour la maîtrise de la diffusion du virus et les actions recommandées dans le plan national canicule. Aucune ne peut être invalidée. Certaines cependant doivent être adaptées du fait du contexte Covid-19 ».


Les mesures pendant un épisode de canicule


Mesures obligatoires :

  • Mettre à disposition des salariés de l’eau potable et fraîche (au moins 3 litres d’eau par jour pour chaque travailleur sur un chantier).
  • Les postes de travail extérieurs doivent être aménagés de façon que les travailleurs soient protégés, dans la mesure du possible, contre les conditions atmosphériques : zones d’ombres, abris, locaux climatisés, etc…


Mesures recommandées :

  • Adapter les horaires de travail dans la mesure du possible : faire travailler les salariés plus tôt le matin, etc… ;
  • Prévoir des pauses supplémentaires pendant les heures les plus chaudes ;
  • Rappeler à tous les salariés les signes et symptômes des coups de chaleurs (maux de tête, fatigue, peau sèche et chaude, etc…) en utilisant un document établi par le médecin du travail ;
  • Inciter les salariés à se surveiller mutuellement pour déceler d’éventuels symptômes de coups de chaleurs et vous les signaler.
  • Réexaminer la liste des salariés bénéficiant du télétravail, tout en prêtant une attention particulière aux personnes à risque (femmes enceintes, personnes souffrant de pathologies chroniques ou en situation de handicap…).


Une réévaluation quotidienne des risques est nécessaire

Chaque employeur doit au titre de son obligation de sécurité procéder en cas de niveau de risque élevé à une réévaluation quotidienne des risques encourus par ses salariés en fonction de :

  • La température et de son évolution en cours de journée ;
  • La nature des travaux devant être effectués, notamment en plein air ou dans des ambiances thermiques présentant déjà des températures élevées, ou comportant une charge physique ;
  • L’âge et de l’état de santé des travailleurs.


Les mesures préventives

  • Evaluer le risque de fortes chaleurs lié aux ambiances thermiques et l’intégrer dans le document unique d’évaluation des risques professionnels (DUERP) ;
  • Etablir un plan d’actions de prévention de ce risque ;
  • Dans le BTP : prévoir l’installation d’un local ou des aménagements de chantier pertinents pour accueillir le personnel travaillant sur le chantier lors d’interruptions momentanées de leur activité ;
  • Vérifier que le port des équipements de protections individuelles est compatible avec les fortes chaleurs ;
  • Informer et consulter le CSE sur les recommandations à mettre en œuvre en cas d’exposition à de fortes chaleurs.


Canicule 2020 : adaptation au contexte sanitaire


Le port du masque

Le port du masque est une contrainte à prendre en compte lors de fortes chaleurs. L’INRS préconise de n’utiliser le masque qu’en cas de situations ou la distanciation sociale n’est pas possible. Des visières peuvent être proposées en complément du masque dans les cas de contact avec du public ne portant pas de masque

Par ailleurs, l’INRS rappelle que, après usage du masque ou dès qu’il est humide ou mouillé, il est impératif de le retirer en saisissant par l’arrière les élastiques sans toucher la partie avant.


La climatisation

L’aération doit respecter deux principes pour limiter la propagation du virus, le renouvellement de l’aire doit être favoriser principalement par de l’air extérieur et limiter le brassage de l’air qui risque de disperser les potentiels virus présents.

Dans les bureaux occupés par plus d’une personne, il est déconseillé d’utiliser la climatisation sauf si elle est nécessaire pour assurer des conditions de travail acceptables. Si la climatisation est indispensable, les débits de soufflages doivent être limités de façon que les vitesses d’air au niveau des personnes restent faibles.

Le Gouvernement rappelle que l’utilisation de ventilateurs dans les espaces collectifs clos ou semi clos, est contre-indiquée, dès lors que plusieurs personnes y sont présentes en même temps, même porteuses de masques. L’INRS indique que si l’utilisation de ventilateurs individuels s’avère indispensable pour maintenir des conditions de travail acceptables, ils sont recommandés tout en réduisant la vitesse de l’aire et en limitant la dispersion de l’air sur plusieurs personnes. Il proscrit, dans tous les cas, l’utilisation de ventilateurs de grande taille, par exemple situés au plafond.

Les entreprises peuvent se rapprocher des Direccte, des services de l’inspection du travail et des services de santé au travail pour obtenir les informations nécessaires.

Un numéro « Canicule Info Service » est ouvert de 9h à 19h du lundi au vendredi : 0800 06 66 66. Cette plateforme d’information est destinée aux personnes les plus vulnérables et/ou exposées.


Sources :

https://www.efl.fr/actualites/social/hygiene-et-securite/details.html?ref=fe4bbd582-3303-463e-89fb-9537eb5c4e43

https://www.efl.fr/actualites/social/hygiene-et-securite/details.html?ref=ffaaad577-df7a-4dc7-8fd1-38b1dacecf32

votre actualité sociale rh & paie mensuelle

Inscrivez-vous à notre newsletter

D'autres articles qui peuvent vous intéresser :

Tweetez
Partagez